mardi 24 juin 2014

Homonymies trompeuses


Alors que je cherchais l’ascendance d’une de mes ancêtres, je suis tombé sur une chose assez troublante qui a en tout cas trompé pas mal de monde. Je dis trompé car l’information erronée s’est retrouvée sur les arbres en ligne de Geneanet et comme il y a eu de la duplication de branches sans contrôle, cette information s’est trouvée répliquée un grand nombre de fois.

Or, en généalogie et en particulier sur les sites du type de Geneanet ce n’est pas la quantité qui fait la véracité mais bien la qualité des sources …



Exemple pratique

Voici mon cas.

Perrine le Bourdais, la sosa 6101 de mes enfants a épousé René de Chalus le 23 novembre 1649 à la Baconnière en Mayenne.
Son acte de mariage est des plus succincts, surtout si on considère le rang du marié qui est quand même qualifié de noble, qui est écuyer et qui possède la terre de la Poupardière sur la paroisse de la Baconnière.



"Le vingt troisième jour du mois de novembre 1649 furent solennellement épousés chacun de Noble René de Chalus, écuyer, sieur de la Poupardière et Perrine le Bourdais, par nous curé soussigné."


Donc, pas de filiation indiquée dans cet acte.

L’acte de sépulture de ladite Perrine le Bourdais est daté du 6 décembre 1680 et est un peu plus complet, même s’il donne surtout des indications sur sa fratrie et sur sa descendance :


"Le corps de défunte damoiselle Perrine le Bourdays fut catholiquement ensépulturé dans l’église du céans, le sixième jour de décembre l’an mil six cent quatre vingt, en présence de Pierre Anjuère, sieur de la Place, son gendre, de Jean et Pierre les Bourdays, frères de ladite défunte et plusieurs autres. Lesquels ont signé ces présentes.

Fait ce jour et an susdit par nous discret maître Daniel Viel, prêtre curé de la Gravolle soussigné."


Les incohérences commencent

Lorsque je vais sur la toile et tâche de trouver des renseignements sur Perrine le Bourdais, je trouve plusieurs informations contradictoires.
En effet, si j’en crois ce qui figure sur les arbres mis en ligne, Perrine le Bourdais est :

  • née le 10 décembre 1637 de Jean le Bourdais, sieur de la Bourgonnière et Anne Rebuffé
  • née le 10 décembre 1637 de Jean le Bourdais et Renée Rebuffé
  • mariée le 23 novembre 1649 à René de Chalus
  • mariée le 3 novembre 1659 à René de Chalus


On a donc deux mères possibles pour Perrine le Bourdais … A moins qu’il y ait une erreur de transcription par le curé.
Le vrai problème tient cependant à un autre fait : Perrine le Bourdais a épousé René le Chalus, sieur de la Poupardière le 23 novembre 1649 à la Baconnière. Ainsi, si on en croit ce qui est écrit sur Geneanet (et il y a un véritable consensus …) c’est que Perrine le Bourdais aurait épousé son mari à l’âge de 12 ans !
Je veux bien qu’à l’époque on pouvait se marier jeune, mais pas à ce point. D’autant que le premier enfant du couple, Renée de Chalus, naîtra le 5 février 1652, c’est-à-dire avec une mère âgée d’un peu plus de 14 ans …

Certains arrangent même la vérité, constatant l’incohérence de la situation en situant le mariage de Perrine le Bourdais avec René de Chalus le 3 novembre 1659. Or il s’agit d’une erreur qui est présente dans le livre du Comte de Chalus qui retrace la vie de sa famille. Une simple consultation des registres paroissiaux de la Baconnière permet de lever cette erreur …

On revient aux fondamentaux ...

Nous voilà donc revenu à notre point de départ.

La seule solution est de balayer systématiquement tous les registres de la Baconnière qui, s’ils sont mal écrits, sont assez complets, sauf pour les sépultures de nouveaux nés ce qui, on le verra par la suite, peut poser problème.

La lecture des registres de la paroisse montrent tout d’abord une forte présence des le Bourdais au XVIIème siècle, qui sont des bourgeois possédant diverses terres dont ils affublent leur patronyme. Cette mode locale est en fait assez pratique pour distinguer les porteurs de ce nom.

J’ai en réalité 5 couples intéressants :

  • Jean le Bourdais, sieur de la Bourgonnière et époux de Renée Rebuffé
  • Jean le Bourdais, sieur de la Tournerie et époux d’Anne Rebuffé
  • Jean le Bourdais époux de Magdeleine Rosée
  • Jean le Bourdais, sieur de la Ronseraie et époux de Mathurine Favereau
  • René le Bourdais, sieur du Brail puis sieur des Vaux et époux de Louise de Chalus


Le premier couple est cité sur Geneanet mais il n’a pas eu de fille prénommée Perrine en 1637. En revanche, il a eu une Perrine le 7 février 1633, dont le parrain est Michel Rebuffé son grand-père, sieur de la Criberie (et mort quelques années après d’un coup d’arquebuse …)  et dont la marraine est une certaine Perrine Rommer (orthographe incertaine …).
Cette Perrine peut être celle que je recherche car cela donnerait dans son cas un mariage à l’âge de 16 ans et demi et un premier enfant à 19 ans.

Le second couple est aussi cité sur Geneanet, même si les internautes s’entremêlent entre les titres puisque ce Jean le Bourdais est bien sieur de la Tournerie et pas de la Bourgonnière. Seulement ce couple n’a eu qu’une seule fille, Renée, née le 10 décembre 1637. Ainsi, ce que certains ont voulu interpréter comme une Perrine n’était qu’une Renée ! Et il n’y a aucun doute là-dessus car le couple s’est marié le 16 février 1637 et Anne Rebuffé, qui se trouve en fait être la sœur de Renée Rebuffé citée plus haut, est décédée le 26 janvier 1638. D’ailleurs, lors du mariage de ce couple, on apprend que Jean le Bourdais sieur de la Bourgonnière est le beau-frère et le curateur d’Anne Rebuffé, ce qui se comprend car le père de Renée et Anne Rebuffé est décédé quelques temps auparavant.
Exit donc la piste Jean le Bourdais sieur de la Tournerie et Anne Rebuffé.

Le troisième couple est également cité. Le problème est qu’il a bien eu une fille prénommée Perrine, mais celle-ci est née le 13 mars 1637. On retombe  dans l’incohérence des dates. Cette piste s’arrête donc ici.

Le quatrième couple a vécu à l’époque qui nous intéresse, mais il n’a pas eu de fille prénommée Perrine. Le débat est donc clos concernant cette famille.

Le cinquième et dernier couple pose un problème. En effet René le Bourdais sieur du Brail épouse Louise de Chalus le 8 juillet 1629 à la Baconnière. Plus tard, à la mort de Claude Chalus son beau-père il héritera de la terre des Vaux. Leur première enfant est une fille nommée Perrine qui est née le 5 février 1631. 
C’est donc une candidate très sérieuse d’autant que son parrain n’est autre que René de Chalus, sieur de la Touche, le père de René de Chalus sieur de la Poupardière qui épousera notre Perrine en 1649 et sa marraine est Perrine Rommer, la même que celle qui sera la marraine de mon autre candidate …
Un autre atout qui joue en sa faveur est que cette Perrine étant de la famille des de Chalus par sa mère, il n’est pas interdit de penser qu’elle ait alors pu épouser un cousin.
Et puis il y a l’âge : si cette Perrine est la bonne, cela signifierait qu’elle se serait mariée à 19 ans et qu’elle aurait eu son premier enfant à 21 ans.

L'étau se resserre ...

Je suis donc avec deux candidates possibles.

La lecture des registres de sépultures ne donne rien car le curé de la Baconnière ne note pas les sépultures d’enfants. Impossible donc de savoir si ces deux Perrine ont vécu assez longtemps pour être celle que je recherche.

Reste la descendance.

Le couple René de Chalus et Perrine le Bourdais a été assez prolifique puisqu’il a eu 9 enfants. Or l’étude des parrains et marraines de ces enfants donne des informations intéressantes :

  • Renée de Chalus née en 1652 a eu pour parrain Jean le Bourdais sieur de la Bourgonnière et pour marraine Demoiselle Martine Froger sa grand-mère
  • Pierre de Chalus né en 1653 a eu pour marraine Renée Rebuffé, dame de la Bourgonnière
  • Jean de Chalus né en 1656 a eu pour parrain Jean le Bourdais son oncle
  • Perrine de Chalus née en 1659 a eu pour parrain François le Bourdais son oncle
  • Jean de Chalus né en 1661 a eu pour parrain Jean le Bourdais sieur de la Daligaudais
  • Jeanne de Chalus née en 1664 a eu pour parrain René le Bourdais sieur du Brail


On en tire que Perrine le Bourdais avait au moins 2 frères : Jean et François. Et on sait par ailleurs qu’en 1680, elle avait deux frères comme témoins de sa sépulture : Jean et Pierre. Cela lui fait donc au moins trois frères.

Or Jean le Bourdais et Renée Rebuffé ont eu 15 enfants ( !) dont quatre prénommés Jean nés en 1636, 1637, 1641 et 1643, un François né en 1639 et un Pierre né en 1647.
De l’autre côté René le Bourdais et Louise de Chalus ont eu 9 enfants dont un prénommé Jean né en 1635. Mais pas de François ni de Pierre

Par ailleurs, le premier enfant de René de Chalus et de Jeanne le Bourdais, Renée a eu pour parrain Jean le Bourdais, sieur de la Bourgonnière et pour marraine Demoiselle Martine Froger sa grand-mère. Même si cela n’est pas précisé, il pourrait être probable que Jean le Bourdais, sieur de la Bourgonnière soit le grand-père de l’enfant. Cela serait assez cohérent.

Quant à Pierre, le second enfant, il a pour parrain Pierre de Chalus qui est le prieur de la Clerais et pour marraine Renée Rebuffé. On trouve une logique dans le parrainage puisque si on suit cette piste, cela signifierait que l’aînée aurait son grand-père maternel pour parrain et sa grand-mère paternelle pour marraine, tandis que le second aurait son grand-père paternel pour parrain et sa grand-mère maternelle pour marraine.
Or, Pierre de Chalus le parrain de Pierre est prieur de la Clerais. Mais quand on sait que René de Chalus, sieur de la Touche et grand-père paternel de Pierre est décédé le 11 janvier 1652, soit un peu plus d’un an avant la naissance de son petit-fils, on comprend mieux pourquoi il n’est pas parrain et pourquoi la famille a pu déroger à cette règle.
On a donc encore beaucoup de cohérence …

La solution ?

Il semble donc presque certain que Perrine le Bourdais est la fille de Jean le Bourdais, sieur de la Bourgonnière et de Renée Rebuffé et qu’elle soit née le 7 février 1633 à la Baconnière. Information  qui ne figure sur aucun arbre en ligne sur Geneanet …

Pour le prouver de manière définitive, il faudrait une mention dans les actes de décès des parents potentiels de Perrine le Bourdais ou son contrat de mariage avec René de Chalus, mais à ce jour je n’ai pas encore mis la main sur ces documents.

Toujours est-il que les internautes qui ont mis en ligne les informations desquelles je suis parti sont dans l’erreur. A leur décharge, il est assez complexe de s’y retrouver entre tous ces homonymes et ces titres. D’où la nécessité, mais on ne le répètera jamais assez, de contrôler systématiquement ses sources et de recouper les informations qu’on trouve …


Si cet article vous a été utile ou vous a plu, n’hésitez pas à le partager.



Pour aller plus loin :

           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire