samedi 14 juin 2014

Challenge A à Z 2014 – M comme Magdeleine Blanche





Demain, jour de la Saint Thomas 1759, cela fera un an que ma mère est morte.

Je me souviens très bien du jour où mon père, René Jullien est venu nous prévenir que ma mère allait passer. Nous étions en train de cueillir les premières prunes sous la chaleur de cette fin juin quand mon père a quitté sa fonderie pour s’occuper de ma mère qui était au plus mal. Et puis le 3 juillet elle est partie, nous laissant tous les 3, mon grand frère René, ma sœur Madeleine et moi-même.

Je vais donc aller déposer un bouquet de fleurs sur la tombe de ma mère, dans le cimetière qui jouxte l’église et réconforter mon père.

Je me rappelle que lorsque j’étais petite, ma mère passait des heures à me coiffer les cheveux et à me faire des couronnes de fleurs. Elle ne me parlait pas de ses parents mais de la ferme où elle avait grandi à Moulins, le bourg voisin. Elle y était née en 1688, en décembre et tout ce que je sais de ses parents, c’est que son père se nommait Michel Blanche et que sa mère était une Lefebure. C’est d’ailleurs pour cela que j’ai appelé mon premier fils Michel.

Je me souviens aussi qu’il y a quelques années, quand Pierre le fils des Ribot commençait à me tourner autour, elle m’avait raconté comment elle avait rencontré mon père, René Jullien et comment il lui avait fait la cour.
Elle m’avait même dit comment s’était déroulé ses fiançailles puis son mariage, le 30 juin 1718 en pleine Régence. Elle m’avait d’ailleurs confectionné une robe semblable à la sienne !

Tous ces souvenirs remontent à la surface à mesure que je m’approche du cimetière.

Mon petit Michel me suit. Je pense que sa présence va faire du bien à son grand-père …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire