jeudi 25 avril 2013

Challenge A à Z - V comme Vente


Lorsqu'on se lance dans la généalogie on commence presque inévitablement par déchiffrer les registres d'état-civil et paroissiaux à la recherche des dates de naissance, de mariage et de décès de nos ancêtres.
J'ai déjà dit à plusieurs reprises dans ce journal que cela ne constituait que le squelette généalogique. Pour lui donner davantage de vie, il faut lui apporter un peu de chair.

Il existe pour cela de nombreuses sources, et une d'entre elles se trouve dans les fonds notariaux, voire, dans certains cas (dont le mien ...) dans des archives familiales. Il s'agit des Ventes réalisées entre nos ancêtres et des tiers.

L'intérêt de ces actes de ventes est multiple.

Sceau de notaire sous la Restauration

Tout d'abord il cite nommément les personnes et donne généralement leur lieu d'habitation et leur profession, voire les liens de parenté qui les unissent avec l'ensemble des contractants s'il y a lieu. Cela est très utile car cela peut permettre de retrouver la trace d'un ancêtre qui aurait déménagé par exemple.

Et le fait de disposer d'une photographie à un instant donné des personnes en présence permet de compléter des recensements défaillants (après la Révolution Française) ou des fratries.

Ensuite, cela donne une idée des moyens financiers de nos ancêtres. Certains paient en effet leur achat directement, d'autres étalent le règlement sur 3 ans. Ensuite, au vu des sommes en jeu, on a une idée des prix pratiqués à l'époque, même si la conversion "livre" ou "franc" en "euro" n'est pas toujours aisée ...

De plus, la lecture des actes de vente nous permet de découvrir les zones géographiques concernées avec une précision intéressante car les pièces de terre vendues sont souvent définies par rapport aux voisins. On dispose alors d'une carte de voisinage particulièrement intéressante avec des noms de personne. Il sera(it) alors très riche d'enseignement de recouper ces informations avec celles des registres d'état-civil : en gros, faire le travail du fisc mais a posteriori ...

Dans le cas de la vente d'un objet meuble, on va pouvoir disposer de sa description complète et cela va donc nous donner une image précise de l'environnement dans lequel vivait nos ancêtres !

Enfin, et c'est un peu ma marotte, la lecture des entêtes des actes de vente (et d'autres d'ailleurs) nous permet de toucher du doigt la grande Histoire de notre pays. On aura ainsi :

Vente du 15 février 1786
Par devant les notaires royaux en Périgord et Angoumois soussignés, furent présents (...)

Vente du 29 brumaire VIII
Par devant les notaires publics à la résidence du canton de Lavalette, département de la Charente, soussigné (...)

Vente du 17 juin 1810
Napoléon, par la Grâce de Dieu et les Constitutions de l'Empire, Empereur des Français, Roi d'Italie, Protecteur de la Confédération du Rhin et Médiateur de la Confédération Suisse, à tous ceux qui les présentes verront, salut.
Savoir faisons que (...)

Vente du 14 janvier 1828
Devant Guillaume Modenel, notaire royal à la résidence de Champagne, canton de Verteillac, arrondissement de Ribérac (Dordogne), soussigné, en présence des témoins ci-après nommés (...)

Vente du 27 novembre 1854
Devant M° Pierre Auguste Moreaud, notaire à la résidence de la commune de Champagne, canton de Verteillac, arrondissement de Ribérac, Dordogne, soussigné et son collègue exerçant dans le même canton aussi soussigné (...)

On voit tout un pan de l'Histoire de France s'écrire : passant de la sobriété de l'Ancien Régime à l'efficacité froide de la nouvelle République, puis à la pompe de l'Empire, puis à la fierté de la monarchie retrouvée sous la Restauration à la nouvelle simplicité pratique du Second Empire qui annonce déjà nos actes modernes ...


Les Ventes réalisées par nos ancêtres nous permettent donc d'entrer un peu dans leur intimité et de partager avec eux ces tranches de vie qui donne un peu de chair à ce squelette généalogique obtenu par les registres paroissiaux ou d'état-civil ...


Si cet article vous a été utile, n'hésitez pas à le partager !

Pour aller plus loin : 

           

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire